En rangeant ma chambre pour préparer mes bagages (oui le 16 mai va vite arriver) je suis tombé sur un vieux tract que voici :

Pour résumer, ce bout de papier informe les étudiants que «pendant les examens» les cantines, la bibliothèque et les salles de travail sont ouvertes plus tard qu'à l'à l'accoutumée. Jusque là, rien de très anodin sauf que (et je l'ai souligné en rouge) la date d'entrée en vigueur des nouveaux horaires est le «14 March» soit un mois avant la date des premiers examens. De plus, les salles restent ouvertes jusqu'à «3 am». Les examens ici sont pris très au sérieux. En effet, la majorité des étudiants sont sous bourse d'étude et les résultats dans chacune des matières servent de base pour la négociation du futur emploi et salaire.

J'ouvre une parenthèse. Pour avoir passé des entretiens d'embauche avec quelques entreprises locales qui faisaient du linux, je peux dire que les recruteurs sont très exigeants sur les compétences techniques. Il faut maîtriser sur le bout des doigts. Généralement on a en face un voire deux ingénieurs qui posent des questions très pointues. Pour réussir, on ne peut pas se dispenser d'une préparation approfondie. Je l'ai un peu appris à mes dépends. Tout ceci pour un salaire à peine plus important que le SMIC, une couverture sociale moyenne, une retraite minimale et je ne parle pas des 35 heures... Pas étonnant qu'on ait très peu d'entreprise qui viennent s'installer en France quand on voit le marché du travail en Asie.

Singapour mise énormément sur l'éducation et finance la scolarité de nombreux élèves. En échange, les étudiants doivent travailler pour une entreprise locale pour une durée de 3 ou 6 ans (ça dépend du montant de la bourse). Ce système qui ressemble un peu à ce que l'on a en France avec l'école Polytechnique est largement appliqué ici. Il assure à Singapour une ressource très convoitée à pas cher : des gens intelligents et très qualifiés. Je ne suis pas économiste mais je suis certain que ce système contribue pour beaucoup à la prospérité de l'Etat qui à la base n'est qu'un vulgaire cailloux sans ressource naturelle.

Bref, tout le monde ici cherche à avoir les « first class honours » qui signifie un bon job et un salaire initial au moins 30% supérieur (un graduate student démarre à 1300 € à Singapour). En plus, l'université fait des ponts en or aux meilleurs qui veulent poursuivre pour un Master ou un PhD. Autant vous dire tout de suite que les étudiants bachotent comme des dingues. J'ai l'impression d'être revenu en prépa : les bibliothèques sont pleines à craquer, les cantines sont pleines d'étudiants qui mangent et étudient en même temps... J'ai quelques anecdotes assez surprenantes : quelques amis indiens pendant les révisions du premier semestre s'étaient installés dans une salle de TD plusieurs semaines avec leur sac de couchage pour réviser du soir au matin. Ils étudient jusqu'à l'épuisement, vous avez presque mauvaise conscience de les voir travailler comme ça. Et quand il n'ont plus le temps de réviser, ils prient ; en particulier les chinois d'Indonésie qui sont très fervents et font des cercles de prière avant de rentrer dans la salle. C'est vraiment impressionnant la manière avec laquelle ils s'auto-suggestionnent en groupe. Je ne sais plus où j'avais lu ça mais c'est du stakhanovisme religieux.

Personnellement je n'ai pas trop changé mes méthodes de travail. J'ai même l'impression d'avoir été moins efficace car il fait quand même 35° en ce moment et un temps magnifique. Je croise les doigts pour mes matières car j'ai pas été très motivé pour apprendre les bouquins mot à mot. J'ai vraiment le sentiment d'avoir gâché mon temps à ingurgiter des trucs inutiles professionnellement parlant. Il me reste encore le chinois niveau 2 à passer mais je ne me fais pas d'illusion. Je crois que je suis le seul exchange student assez fou pour passer l'examen ce semestre. Les quelques autres ont abandonné en cours. Bref, je vais me mesurer avec des singapouriens qui en général parlent déjà mandarin entre eux et n'ont qu'à apprendre les caractères. On verra bien mais je suis déçu car j'ai pas travaillé le chinois comme j'aurais voulu ce semestre, c'est mon plus grand regret... Heureusement, je pars jeudi pour la Thaïlande pour une semaine. Je vais pouvoir me remettre de toutes ces émotions.